Troubles de l’excitation

Troubles de l’excitation sexuelle

Les troubles de l’excitation sexuelle apparaissent comme un manque de désir sexuel ou un orgasme répétitif intermittent ou permanent. Les facteurs peuvent être physiques ou psychologiques, mais il est tout à fait possible de les résoudre.

Les différents symptômes

Le trouble de l’excitation sexuelle se caractérise par la difficulté d’obtenir ou de maintenir une excitation sexuelle suffisante. Les troubles de l’excitation sont classés en trois catégories : subjectif, génital ou associé. Un trouble subjectif se caractérise par l’absence d’excitation lors de stimulation, baiser, vidéo érotique ou danse. Le corps réagit, mais l’excitation et le plaisir ne parviennent pas dans la tête.

Le trouble génital concerne les ménopausées à travers l’excitation subjective et non la stimulation génitale. Dans ce cas, elle est excitée dans sa tête, mais son corps n’est pas en accord avec sa tête. La sensibilité sexuelle génitale et la lubrification vaginale sont réduites. Si les troubles sont associés, l’excitation subjective suivie d’une stimulation génitale est moindre ou absente. L’idéal serait de consulter un sexologue professionnel à Nivelles.

Le trouble de l’excitation sexuelle peut être d’ordre primaire si la personne ne réagit pas sans lubrification vaginale. Il est secondaire si son excitation était normale avant ou encore situationnelle avec certains partenaires. Le trouble peut être généralisé si elle est permanente avec différents partenaires ou quelle que soit la situation.

Les principaux facteurs

Les troubles de l’excitation sexuelle peuvent provenir d’un problème psychologique ou physique. La personne peut ressentir un mauvais timing de l’activité sexuelle ou une stimulation sexuelle inadéquate. Elle peut aussi ressentir la distractibilité, le stress, l’anxiété, la dépression et la faible estime de soi.

La baisse de la testostérone, la dystrophie vulvaire ou de l’œstrogène après la ménopause sont les causes où il y a absence de lubrification vaginale. Certaines maladies comme la sclérose en plaques ou le diabète font baisser les sensations génitales, car les nerfs somatiques et végétatifs sont lésés. Il en est de même pour les maladies infectieuses, cardiovasculaires et chroniques.

Les angoisses, les cancers, leurs traitements engendrent aussi des troubles de l’excitation sexuelle. Pareillement pour les opérations chirurgicales qui affectent le système nerveux. Des mutilations génitales ou des atteintes des ligaments et muscles du plancher pelvien peuvent être aussi source de problème Traitements

Pour remédier à un trouble hormonal, il faut remplacer l’œstrogène vaginal ou prendre la déhydroépiandrostérone vaginale. Cette dernière favorise la lubrification vaginale, améliore l’orgasme et la sensibilité génitale en 12 semaines tout en réduisant l’atrophie vulvo-vaginale.

Pour un trouble d’ordre psychologique, il est important de travailler le stress, les émotions et les tensions psychiques. Il existe plusieurs façons de se détendre et lutter contre le stress, origine du trouble de l’excitation sexuelle. Pour cela, il y a la sophrologie, l’autohypnose, la relaxation ou encore la méditation pleine conscience.

Une rééducation périnéale est efficace pour retrouver les orgasmes chez les femmes âgées ayant eu des enfants. La psychothérapie avec un travail sur les muscles pelviens permet de solutionner les rapports douloureux. Il existe de nouveaux traitements de dysfonctionnements sexuels : le laser fractionné qui remédie à la sécheresse vaginale et la radiofréquence qui stimule la lubrification.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *